Comme chaque année, Ostrum AM vient de publier son Rapport sur l’exercice des droits de vote.

Société de gestion pour compte de tiers, Ostrum AM considère qu’il est de sa responsabilité et de son devoir de diligence envers les porteurs de parts de veiller à l’évolution de la valeur de leurs investissements et d’exercer les droits extra-patrimoniaux attachés aux titres détenus dans les portefeuilles dont elle assure la gestion.

Accessible depuis son site internet, Ostrum AM dispose d’une plateforme qui présente de façon détaillée l’ensemble des votes exprimés par elle sur les résolutions présentées lors des assemblées générales des sociétés détenues dans les fonds votants.

Quelques chiffres-clés à retenir parmi d'autres :

  • Taux de participation : 97 %
  • Taux d’opposition à la distribution de dividendes : 10 %
  • Taux d’opposition au Say on climate : 27 %
  • Taux de soutien des résolutions Climat d’actionnaires : 93 %.

Quelques exemples de soutien ou de rejet des résolutions Say on Climate :

Klepierre (Contre)
Nous n’avons pas soutenu la société dans son plan de transition climatique, car si la stratégie « low carbon » bien en dessous de 1,5°C a été approuvée par le plus haut niveau de SBTI, l’absence de cibles de réductions d’émissions absolues, le manque de détails sur les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs 2030, et l’absence d’engagement après 2030, sont des éléments préjudiciables à la résolution soumise aux actionnaires.

TotalEnergies (Contre)
Malgré des concessions sur la transparence de l’information, avec l'intégration de nouveaux indicateurs et objectifs, et de réels progrès, nous n’avons pas soutenu la résolution, les objectifs restant trop éloignés des trajectoires minimales.

Schneider Electrics (Soutien)
Nous avons soutenu le plan de transition climatique de Schneider, pourtant perfectible, car le plan d’action est défini sur les 3 scopes, aussi bien sur le moyen (2030) que le long terme (2050). En revanche, Schneider ne donne pas de détail sur les Capex pour le scope 3. La société a choisi par ailleurs de ne plus se référer aux indices de notation ESG externes pour fixer les objectifs de rémunération du DG.

1 À travers les opérations capitalistiques qui ont conduit à la création d’Ostrum Asset Management le 1er octobre 2018.

Temps de lecture : 5 min.
INSIGHTS RSE / ESG
Tous les mois, retrouvez l’actualité des obligations durables dans notre newsletter « MySustainableCorner ».
28/05/2024
Réservé aux pro
Temps de lecture : 5 min.
INSIGHTS RSE / ESG
Tous les mois, retrouvez l’actualité des obligations durables dans notre newsletter « MySustainableCorner ».
25/04/2024
Réservé aux pro
Temps de lecture : 30 min.
INSIGHTS RSE / ESG
"L’intégration de critères extra-financiers dans la gestion ESG n’est pas une nouveauté mais les approches se sont fortement sophistiquées au fil du temps et de l’accès à une donnée de qualité. Si ce dernier point reste encore à améliorer, les gérants peuvent désormais proposer des gammes complètes de fonds ESG sans dénaturer leur profil de risque." Dans la tribune "Débats & Opinions" de l'AGEFI du 25 avril 2024, Maya El Khoury, gérante crédit senior chez Ostrum Asset Management, apporte son éclairage sur les relations entre ESG et Gestion obligataire, avec un accent sur les thématiques "Des gammes complètes de fonds ESG", "la limite de l’accès à la donnée" et les "obligations durables : un marché avec lequel il faut compter".
25/04/2024