Le magazine expert d’Ostrum AM

Le contexte durable de taux bas ne fait pas l’affaire des portefeuilles obligataires des assureurs. Comment concilier gestion opportuniste plus dynamique et gestion assurantielle ?

Il est faux de penser que la gestion obligataire assurantielle est forcément passive ou du moins inactive.

Fahrat Selmi

La gestion obligataire assurantielle connaît actuellement des heures bien délicates. Le nivellement vers le bas de la richesse actuarielle moyenne est bien visible d’une année à une autre. Le contexte de taux d’intérêt résolument bas et qui risque de perdurer n’aide pas, en effet, à optimiser les portefeuilles dont la performance dépend en grande partie des niveaux de portage figés au fil du temps. Comment, dès lors, réussir à tirer profit de certains épisodes de volatilité (aussi bien sur les taux que sur les spreads de crédit) – de plus en plus rares ?

Quand gestion assurantielle et gestion active font bon ménage

Farhat SELMI partage son point de vue dans l'Argus de l'assurance - Mai 2019.

Download Télécharger