Le magazine expert d’Ostrum AM

L’enquête PMI-Markit révèle une accélération de l’activité au mois de novembre au sein de la zone euro, après 3 mois consécutifs de ralentissement.

L’indice composite d’activité concernant l’ensemble de l’économie s’est établi à 55,8, contre 54,2 en octobre, après avoir atteint un pic de 60,2 en juillet. La moyenne calculée sur le quatrième trimestre en cours ressort à 55, révélant le maintien d’une croissance soutenue, mais en ralentissement par rapport au trimestre précédent (moyenne de 58,4). Le rythme atteint au début de l’été, suite à la levée des mesures de restriction sanitaires permise par les progrès de la campagne de vaccination, n’était pas tenable. À cela se sont ajoutées les perturbations dans les chaînes d’approvisionnement et la hausse du prix de l’énergie et de certaines matières premières. Cette enquête est basée sur des données recueillies du 10 au 19 novembre et ne prend donc que très partiellement en compte les annonces récentes de certains gouvernements pour faire face à la nette résurgence de l’épidémie de Covid-19, dont celle d’un confinement total instauré en Autriche jusqu’au 13 décembre. Le durcissement des mesures de restriction sanitaire dans un grand nombre de pays européens va peser sur l’activité au cours des prochaines semaines, plus particulièrement sur celle des services.

Zone euro-croissance trimestrielle du PIB et indice composite PMI-Markit
Par secteur, cette accélération de la croissance en novembre est le fait principalement des services, l’activité ne s’étant que légèrement raffermie dans le secteur manufacturier.

Zone euro-indice de production-PMI-Markit
L’activité s’est renforcée dans tous les pays en novembre et de manière plus marquée dans les pays de la zone euro hors France et Allemagne. C’est également là que l’activité est la plus robuste. Ils sont suivis par la France, puis l’Allemagne où la croissance en novembre a été la moins dynamique.

Zone euro-composante production-PMI-Markit
Dans le secteur manufacturier, la dynamique est contrastée selon les pays. La production se contracte en France pour le deuxième mois consécutif (indice inférieur à 50) et l’activité ne progresse que faiblement en Allemagne (indice proche de 50). Elle est plus soutenue en zone euro en raison du dynamisme des autres pays. Ces divergences viennent en partie d’une demande relativement plus faible en France et en Allemagne. Celle-ci est notamment affectée par sa plus forte dépendance au commerce avec la Chine, dont l’économie ralentit nettement. À cela s’ajoute la contraction du secteur automobile pour le troisième mois consécutif, selon Markit.

Zone euro-composante production-secteur manufacturier-PMI-Markit
Le secteur manufacturier continue par ailleurs d’être affecté par les fortes perturbations dans les chaînes d’approvisionnement. L’indice des délais de livraison (lecture inversée sur le graphique) reste proche de ses plus hauts historiques. Cela résulte de pénuries de certaines matières premières et de composants, ainsi que de fortes difficultés logistiques.

Zone euro-composante delais de livraison-PMI-Markit
Les stocks d’intrants ont progressé à un rythme record, les chefs d’entreprises augmentant leurs achats en raison des craintes de difficultés d’approvisionnement.

Zone euro-composante stocks d'intrants-PMI-Markit
Dans les services, l’activité s’est accélérée partout, et de manière plus marquée en France dont l’indice d’activité atteint son plus haut niveau depuis janvier 2018. Cela permet de contrebalancer la faiblesse du secteur manufacturier. Le raffermissement des services est plus timide en Allemagne. Selon Markit, les activités dans le tourisme et le loisir ont enregistré les plus faibles performances, en raison principalement de la résurgence du Covid 19.

Zone euro-indice d'actvite des services-PMI-Markit
Les nouvelles commandes en Allemagne, dans le secteur des services, ont stagné en novembre et devraient être affectées par la mise en place de mesures de restriction pour contenir la nette résurgence de l’épidémie. La demande est restée robuste en France et en zone euro et s’accélère nettement dans les autres pays.

Zone euro-composante nouvelles commandes-PMI-Markit
Le prix des intrants a de nouveau augmenté en novembre, à un rythme record, sous l’effet des pénuries de matières premières et de composants, de la hausse du prix de l’énergie, des transports et des salaires, selon les chefs d’entreprises. Ces tensions ont été en partie répercutées sur les prix facturés, là aussi progressant à un rythme historique.

Zone euro-composante prix-PMI-Markit
Afin de faire face à la demande et aux commandes en attente, les chefs d’entreprises ont augmenté leurs effectifs au rythme le plus élevé depuis plus de 20 ans.

Zone euro-emploi et composante emploi-PMI-Markit
Si cette accélération de l’activité de la zone euro en novembre est la bienvenue, celle-ci va être affectée au cours des prochaines semaines par l’adoption de mesures de restriction sanitaires dans un grand nombre de pays (l’Autriche, les Pays-Bas, la Belgique, l’Allemagne…), afin de tenter d’enrayer la forte reprise de l’épidémie de Covid-19 sévissant en Europe. Cela concernera plus spécifiquement l’activité des services, en raison des plus fortes interactions sociales, alors que le secteur manufacturier continuera de faire face aux perturbations dans les chaînes d’approvisionnement. La perspective d’une activité plus réduite à court terme devrait peser sur la dynamique des marchés actions.

Zone euro-indice composite PMI et Euro-Stoxx 50 en variation annuelle-PMI-Markit

  • Aline Goupil-Raguénès

    Aline Goupil-Raguénès

    Stratégiste pays développés