Le magazine expert d’Ostrum AM

Chine : un nouveau plan pour l’emploi !

Vendredi dernier, le Conseil d’Etat chinois a présenté un nouveau plan pour l’emploi visant 55 millions d’emplois urbains d’ici 2025, de « meilleurs droits pour les travailleurs et le renforcement de la formation de la main d’œuvre ». 

Le taux de chômage sera plafonné à 5,5% ( il est actuellement de 5,2% pour le mois de juillet), les salaires ( en % du PIB) seront augmentés à 52.1% du PIB  et le nombre d’années d’études de la population active sera relevé de 10,8 années à 11,3 années.

Plusieurs remarques :  

  • Ce nouveau plan de l’emploi s’inscrit dans la campagne de lutte contre les inégalités initiée récemment par le président Xi Jinping. L’Etat chinois veut ainsi améliorer les droits des travailleurs, notamment ceux du secteur technologique qui enregistre de nombreuses plaintes judiciaires pour excès. 
  • La régulation de la technologie menée par les autorités a aussi cet objectif. Le développement des entreprises internet a contribué à l’augmentation de l’emploi informel dans les secteurs du commerce en détail, de la restauration et des transports, comme le montre le graphique ci-contre. Les autorités chinoises pensent qu’en réduisant la concentration dans le secteur cela bénéficiera aux travailleurs qui touchent de faibles rémunérations dans les autre secteurs. 
  • Le but est donc également d’augmenter l’emploi salarié dans l’économie pour réduire les inégalités de revenus.

  • Le renforcement de l’éducation de la population active a pour but d’augmenter la productivité du travail et de palier au vieillissement rapide de la population. 
  • Dans les résultats de son dernier recensement national réalisé tous les 10 ans,  il y a eu seulement 12 millions de naissances en 2020 ( vs 14.65 millions en 2019) dans un pays de 1.41 milliards d’habitants, soit le niveau de naissance le plus bas depuis 1961, date de la grande famine chinoise qui avait provoqué des centaines de millions de morts. Il née aujourd’hui en Chine, moins d’enfants que durant la politique de l’enfant unique ! Le taux de fécondité a baissé à 1.3 enfants par femme, soit toujours inférieur au taux de remplacement ( taux qui permet de maintenir la population stable) de 2.1. 
  • Selon les projections des Nations Unies , la population chinoise va atteindre son pic historique en 2023, puis va diminuer progressivement jusqu’à être réduite de moitié en 2100. D’ici 2050, le tiers de la population chinoise sera âgé de plus de 60 ans.  

 

Corée du Sud : première banque centrale asiatique (et des pays développés) à relever son taux directeur malgré la nouvelle vague épidémique.

  • La BOK est la première banque centrale en Asie a relevé son taux directeur de 25 pb à 0,75%, en dépit de la nouvelle vague épidémique de Covid-19 qui frappe la région. C’est la première hausse de taux depuis novembre 2018 pour la BOK. 
  • La décision ressemble plus à une normalisation de la politique monétaire, car la prévision d’inflation a été revue à la hausse pour cette année à 2,1% contre 1,8% précédemment. La Corée du Sud, bénéficie pleinement de la forte demande mondiale en semi-conducteurs qui soutient  sa croissance. 
  • Cela permet aussi de normaliser le taux réel de base qui est négatif.
  • La BOK devrait rester toutefois prudente, à cause de la hausse rapide de l’endettement des ménages sud-coréens . A fin juin, la dette des ménages a atteint 1,8 trillions KRW (1.61 trillions $), soit une augmentation de 10,3 % par rapport à juin 2020. 
     

 

 

 

Mexique : une reprise lente en manque de soutien 

  • La croissance du PIB du T2 a été de 1,5% GT (vs 1,1%), soit 19,5% GA reflétant un effet rattrapage après la levée des mesures de restrictions. 
  • Le PIB mexicain n’a toujours pas retrouvé son niveau pré-pandémie. La reprise est lente par rapport aux autres pays de la région, liée au manque de soutien de la politique économique.
  • Le Mexique est le seul pays de la région à n’avoir pas mis en place une politique budgétaire expansionniste à cause de ses marges de manœuvre qui étaient réduites. Les envois de fonds des travailleurs migrants aux Etats-Unis (4400 millions $ en juin !)  permettent de soutenir les familles les plus vulnérables, mais ne suffisent pas à accélérer la reprise de l’activité.
  • La banque centrale a été contrainte de resserrer sa politique monétaire afin de lutter contre l’accélération de l’inflation ( 5,8 % en juillet) qui dépasse sa cible des 3%.
     
  • Zouhoure Bousbih

    Zouhoure Bousbih

    Stratégiste pays émergents