Le magazine expert d’Ostrum AM

•    Accélération de l’inflation dans les pays émergents liée à la hausse des prix alimentaires

Les indices de prix à la consommation, sur la première quinzaine d’octobre, du Brésil (3,5 % GA contre 2,7 %) et du Mexique (4,10 % GA contre 3,93 %) montrent une accélération de l’inflation liée à la hausse des prix alimentaires.

On observe la même chose en Inde, où l’inflation a accéléré en septembre à 7,34 % GA (contre 6,7 %).

L’indice FAO des produits alimentaires a accéléré en septembre pour le quatrième mois consécutif, dépassant de 5 % sa valeur enregistrée il y a un an !

C’est la conséquence directe de la pandémie qui a provoqué des distorsions dans les récoltes et les chaînes de logistique, mais également des conditions climatiques défavorables, comme la sécheresse qui a sévi en Europe cet été.

Les taux d’inflation sont désormais supérieurs à la cible des Banques centrales, comme au Mexique (3 % +/    - 1 %) et en Inde (4 % +/- 2 %), ce qui complique la gestion de la politique monétaire.

L’accélération de l’inflation limite les marges de manœuvre des Banques centrales pour soutenir l’activité qui reste fragilisée par l’impact de la crise sanitaire et qui continue de sévir.

L’inflation alimentaire menace la stabilité des prix, mais aussi la stabilité politique des pays émergents, car elle impacte les populations les plus vulnérables qui ont été durement touchées par la crise sanitaire.

•    Taiwan : nouveau record des commandes à l’exportations, reflet de la forte demande chinoise en produits électroniques

Les commandes à l’exportation ont atteint un plus haut historique en septembre à 50 Mds $, liées à la hausse des commandes en produits électroniques vers la Chine qui ont bondi de 14,5 % sur le mois.

Les entreprises chinoises craignant les sanctions américaines du 14 septembre sur les produits électroniques, ont accéléré leurs commandes à Taiwan.

On observe également la même chose pour la Corée du Sud.

L’Asie de l’Est profite pleinement de la dynamique chinoise.

•    Politiques monétaires

La Turquie a gardé son taux d’intérêt de référence inchangé à 10,25 %, après l’avoir relevé de + 200 pb en septembre, afin de freiner la chute de la livre.

La décision a provoqué une dépréciation de la livre (- 2,1 %) contre dollar.

Depuis plusieurs mois déjà, les taux d’intérêt réels sont négatifs, ce qui limite l’attrait des investisseurs sur la livre dans les stratégies de portage. L’inflation reste élevée à 11,8 % en septembre. Les tensions dans le haut Karabakh mettent également sous pression la livre.

La Banque centrale a des marges de manœuvre limitées pour soutenir l’activité, à cause de sa devise qui continue de se déprécier face au billet vert.

En Russie, la banque centrale a gardé son taux directeur inchangé à 4,25 %, alors que l’inflation (3,7 % en septembre) reste au-dessous de sa cible des 4 %.  

La Banque centrale avait indiqué, lors de ses précédents conseils de politique monétaire, que son biais était orienté à la baisse des taux.

Les tensions géopolitiques élevées dans le Haut Karabakh ont probablement influencé la décision, afin d’éviter une chute du rouble.
 

Zouhoure Bousbih
Économiste
Ostrum Asset Management