Le magazine expert d’Ostrum AM

•    Chine : la politique de change du yuan est de moins en moins dépendante du dollar

Les ajustements du panier de devises de l'indice CFETS, taux de change du yuan par rapport à un panier de devises, suivent l'évolution des échanges commerciaux de la Chine.


Ainsi, entre 2020-2021, la part du dollar dans l'indice a baissé de près de 3 % à 18,8 %, alors que celle des autres devises a augmenté, notamment asiatiques.
Cela reflète le changement de la dynamique du commerce extérieur chinois qui se replie vers l'Asie à cause des sanctions commerciales américaines. À noter aussi : le poids de l'euro augmente de 0,7 % à 18,15 %, reflétant l'augmentation des échanges avec la zone euro.
La baisse du poids du dollar dans le panier de devises indique aussi que stratégie du change de la Chine sera moins dépendante de l'évolution du dollar. La création de l'indice CFETS avait déjà cet objectif ; la guerre commerciale avec les États-Unis a accéléré la rupture. Le vrai "découplage" est là.

•    Corée du Sud : les exportations restent robustes en janvier, bénéficiant de la forte demande en produits technologiques

Les exportations coréennes restent robustes sur les 20 premiers jours de janvier à 10,2 % GA, après 12,6 % GA sur le mois de décembre, liés à  la forte demande mondiales en produits technologiques. Par destination, les exportations vers la Chine et les États-Unis ont progressé de 18,6 % GA.  
Les exportations en semi-conducteurs ont augmenté de 11,6 % GA, après avoir enregistré une croissance de 30 % en décembre.
Les exportations, qui représentent 50 % du PIB, ont été le principal moteur de la croissance sud-coréenne en 2020 et devraient le rester en 2021. Les exportations coréennes devraient continuer de bénéficier de la forte demande en produits technologiques.

•    Politique monétaire : Statu quo.

Plusieurs Banques centrales, Indonésie, Malaisie, Turquie, Brésil et Afrique du Sud, ont tenu leur conseil de politique monétaire.  Toutes ont gardé leurs taux directeur inchangés. La hausse de l’inflation a été la raison principale qui a motivé la décision pour un grand nombre d’entre elles. La dégradation des perspectives de croissance et la hausse de l’inflation rendent compliquée la gestion de la politique monétaire.

•    L’Indonésie a gardé son taux directeur inchangé à 3,75 %. La Banque centrale attend que la roupie se stabilise davantage avant de procéder à une baisse de taux. L’inflation a augmenté à 1,7 % en décembre.

•    La Malaisie a gardé son principal taux d’intérêt inchangé à  1,75 % .

•    La Turquie a gardé son taux d’intérêt de référence inchangé à 17 % et pour une période prolongée, jusqu’à ce que la baisse de l’inflation soit persistante. La Turquie a un des taux réels les plus élevés au monde.

•    Le Brésil a gardé son taux Selic inchangé à 2 %, indiquant que l’accélération de l’inflation (4,5 % en décembre, au-dessus de la cible de la Bacen) sera persistante.

•    L’Afrique du Sud a gardé son taux directeur inchangé à 3,5 % et a indiqué des hausses de taux pour bientôt… La réalité économique devrait rattraper la Banque centrale africaine.

Zouhoure Bousbih
Économiste
Économie & Stratégie
Ostrum Asset Management