Le magazine expert d’Ostrum AM

Le différentiel de taux entre la Chine et les États-Unis passe sous les 1 % pour la première fois depuis mai 2019.

Le constat

Le différentiel de taux d’intérêt à 10 ans entre les États-Unis et la Chine est passé sous les 1 % pour la première fois depuis 2019.
Cela s’explique, notamment, par la baisse des taux d’intérêt chinois (- 10 pdb depuis le début de l’année à 2,67 %), depuis que la PBoC a renforcé en début d’année l’assouplissement de sa politique monétaire, afin de stabiliser l’activité économique. Dans le même temps, le taux d’intérêt à 10 ans américain a augmenté de 10 pdb, pour atteindre un plus haut depuis 2020 à 1,86 %.
Le différentiel de taux d’intérêt entre les États-Unis et la Chine devrait continuer à se réduire à l’image de la divergence des anticipations de marché représentées par les taux implicites à 1 an (graphique ci-après).

differentiel-de-taux d'interet-a-10-ans-entre-la-chine-et-les-etats-unis

Quid de l’impact sur le yuan ?  

Les facteurs de soutien au yuan…

      1. Des taux réels positifs

C’est le taux d’intérêt réel qu'il est important de prendre en compte pour déterminer l’attrait d’une devise. Or, celui-ci est positif pour la Chine à 2,85 % (taux réel de référence), à comparer à celui des États-Unis qui est de - 6,75 %. L’inflation est faible en Chine à 1,5 % en décembre, en comparaison de l’accélération aux États-Unis à 7 %. Les taux réels positifs en Chine renforcent l’attrait du yuan pour les investisseurs internationaux.

grand-divergence-dans-les-politiques-monetaires-de-la-fed-et-pboc

      2. Le rôle de « valeur refuge » des emprunts d’État chinois dans un contexte de resserrement monétaire global

Le fort attrait des investisseurs internationaux pour les obligations souveraines chinoises soutient également la devise chinoise.
Les emprunts d’État chinois semblent isolés de la volatilité des autres marchés, notamment américains, ce qui explique l’attrait des investisseurs dans un objectif de diversification. Le graphique ci-contre montre les variations de taux locaux et les performances des devises des pays émergents par rapport au billet sur l’année 2021. Le yuan est la seule devise émergente qui se soit appréciée vis-à-vis du dollar l’an dernier et les taux chinois ont été quasi stables par rapport aux autres pays émergents. Les investisseurs étrangers détiennent 2 280 milliards $ d’emprunts d’État chinois au troisième trimestre 2021, soit 10,6 % du total. Cela représente une augmentation de 21 % par rapport à la fin de l’année 2020. Les obligations souveraines chinoises ont également un rôle de « valeur refuge » dans un contexte de resserrement monétaire global.

chine-detention-d'emprunts-souverains-chinois-par-les-non-residents

      3. Flux vers les marchés actions et exportations robustes

On peut citer également les flux importants vers les actions chinoises et la robustesse des exportations chinoises, notamment depuis l’entrée en vigueur du Plan régional économique global, l’accord commercial signé en octobre 2010 avec les pays asiatiques, qui devrait augmenter les transactions en yuans. La part des paiements internationaux en yuan a augmenté en décembre 2021 à 2,7 %, un plus haut depuis 2015 et a dépassé celle du yen !

… Mais,  une PBoC qui a un biais pour la dépréciation du yuan

Cependant, la PBoC a clairement indiqué en ce début d’année que le taux de change faisait également partie de ses outils, afin de stabiliser l’activité économique. La PBoC avait relevé en fin d’année dernière son taux de réserves obligatoires sur les dépôts en devises étrangères des banques afin de freiner l’appréciation du yuan. Depuis son point bas du 27 mai 2020, le yuan s’est apprécié de 11,5 % par rapport au dollar et à son panier de devises (indice CFETS).  Il est probable que la PBoC continue d’intervenir sur le taux pivot du yuan, afin de freiner son appréciation, voire le déprécier, afin de soutenir ses exportations . Plus la Fed resserra, plus la PBoC assouplira pour soutenir l’activité.

performances-du-change-et-des-taux-d-interet-a-10-ans-sur-2021

  • Zouhoure Bousbih

    Zouhoure Bousbih

    Stratégiste pays émergents