Le magazine expert d’Ostrum AM

La menace de sanctions américaines vis-à-vis de la Chine en cas d’un éventuel soutien à la Russie a fait chuter brutalement ses marchés financiers.

Chine : un tournant majeur de la politique chinoise sur fond de craintes sur la croissance

La menace de sanctions américaines vis-à-vis de la Chine en cas d’un éventuel soutien à la Russie a fait chuter brutalement ses marchés financiers. Les marchés actions et du crédit chinois étaient déjà sous pression avant le conflit, en lien avec les craintes domestiques, notamment la crise immobilière et la résurgence des restrictions sanitaireschine-flux-de-portefeuille-actions-millions-de-dollars.


Le vice premier ministre Liu He a indiqué ses « nombreuses préoccupations de marchés », notamment pour les entreprises chinoises cotées aux États-Unis par rapport à la HFCAA, le soutien aux entreprises de la plateforme et la réforme du secteur immobilier, ainsi que les politiques monétaire et budgétaire. Liu He a également indiqué que la Chine avait travaillé en étroite collaboration avec la SEC et le HKEx au sujet des sociétés chinoises cotées en bourse aux États-Unis et que des progrès avaient été faits.

C’est un tournant majeur de la politique chinoise, qui continuait sa répression sur le secteur technologique en ce début d’année. Cela indique que le risque sur la stabilité financière et sur la croissance chinoise a augmenté. Les flux de portefeuille sur les marchés actions chinoises ont atteint des plus bas depuis le début de la pandémie en 2020, à près de - 600 millions de dollars sur les deux dernières semaines.

Autre signe d’assouplissement de la politique chinoise,  l’allégement des restrictions sanitaires à Hong Kong qui pourrait être le prélude de la fin de la politique zéro Covid.

Le risque sur la croissance chinoise a augmenté et les autorités chinoises se sont engagées à stabiliser l’activité en allégeant les contraintes sur l’activité.

Aujourd’hui, la PboC  a maintenu ses principaux taux d’intérêt inchangés à 3,7 % pour le taux de prêt à 1 an et 4,6 % pour la maturité de 5 ans. Depuis le 15 juillet 2021, les taux de réserves obligatoires ont été baissés deux fois de 50 pb, les facilités de prêts de 10 pb et les taux d’intérêt de référence de 5 pb et 10 pb. La décision de la PboC a donc l’air d’une pause, mais une baisse des taux de réserves obligatoires est encore envisageable, car elle aurait un effet plus persistant en injectant des liquidités à l’économie réelle.

Stratégie : L’annonce de Liu He a calmé les opérateurs de marchés, mais les indices boursiers du secteur, comme le Nasdaq Golden Dragon et le Hang Seng continuent d’enregistrer entre - 15 et - 16 % de pertes depuis le début de l’année. L’indice CSI 300 Index, qui est un indice plus domestique, enregistre également une performance de - 14 % depuis le début de l’année, reflétant les craintes sur la croissance chinoise. Sur le marché du crédit, l’indice Bloomberg sur le « High Yield » chinois, composé majoritairement de promoteurs immobiliers, a baissé de près de 15 % depuis le 24 février et de 2,5 % pour le segment « Investment grade ». À noter : l’effet de contagion au crédit « High Yield » américain qui a enregistré une performance de - 0,5 % sur la même période. Le risque géopolitique et ses effets de contagion sur l’économie chinoise est toujours élevé. Le catalyseur pour les marchés chinois serait un fort signal de neutralité de la part des autorités vis-à-vis du conflit ukrainien, ce qui favoriserait un rebond des marchés chinois.

indices-bloomberg-en-used-chine-sur-le-credit-haut-rendement-de-bonne-qualite-et-indice-pour-les-etats-unis-de-credit-haut-rendement-echelle-de-d

indices-boursiers-base-100-2019

 

Un tournant majeur de la politique chinoise : allègement des contraintes réglementaires et sanitaires pour soutenir la croissance à cause du risque géopolitique.

Brésil : + 100 pb de hausse du taux Selic, mais l’activité ralentit fortement

Le COPOM a relevé, comme attendu, son taux Selic de 100 pb à 11,75 %, mais n’a indiqué qu’une hausse supplémentaire de 100 pb en mai, en ne donnant pas d’autres indications pour les mois suivants. La Banque centrale brésilienne a été la première Banque centrale des pays émergents à relever de manière agressive son taux Selic de 875 pb depuis mars 2021, afin de lutter contre l’inflation élevée (10,5 % en février).

bresil-taux-selic-et-inflation
Cependant, les hausses agressives de taux Selic ont un impact négatif sur l’activité. L’indicateur d’activité de la Banque centrale, proxy du PIB, s’est contracté de 1 % en janvier par rapport à février, soit - 0,32 % GA (contre 0,97 %). La croissance brésilienne ralentit et les pressions inflationnistes s’intensifient. La hausse des prix à la pompe (+ 25 %), liée au conflit ukrainien (Petrobras a indexé le prix de l’essence domestique aux cours internationaux), a renforcé l’idée d’un plan de dépenses sociales de 32 milliards de dollars (2 % du PIB) .

Le gouvernement brésilien souhaitait le mettre en place avant le conflit dans la perspective des prochaines élections générales et présidentielles d’octobre. Cette mesure était vue comme négative sur le profil crédit du pays avant le conflit en Ukraine, car les marges de manœuvre budgétaires étaient réduites, avec une dette publique à 80 % du PIB. Le policy mix devrait aider à limiter l’impact de la hausse des prix de l’énergie sur les populations les plus vulnérables.

Stratégie : Les taux d’intérêt réels brésiliens sont les seuls taux réels positifs de la région (taux d’intérêt réel de référence à 1,21 %), ce qui soutient le réal qui est la devise émergente qui enregistre les meilleures performances contre dollar (+ 21 %) depuis le début de l’année. Je l’avais déjà évoqué à plusieurs reprises, la devise brésilienne n’avait pas bénéficié de l’amélioration des termes de l’échange l’année dernière et paraissait donc sous-évaluée. Un autre soutien à la devise brésilienne est le solde de la balance commerciale. Les exportations dépassent les importations, reflétant la faiblesse de la demande domestique. Il ne faudrait pas que cette dynamique s’inverse à cause du coup de pouce budgétaire, ce qui serait un moindre soutien au réal.

bresil-importatioins-et-exportations-millions-dollars

bresil-indicateur-d-activite-de-la-bacen-variations-annuelles

Les hausses de taux agressives pénalisent l’activité.

  • Zouhoure Bousbih

    Zouhoure Bousbih

    Stratégiste pays émergents