Le magazine expert d’Ostrum AM
  • Chine : le delta plante l’activité au mois d’août

La kyrielle d’indicateurs conjoncturels publiée ce matin pour le mois d’août indiquent un net ralentissement de l’activité chinoise lié aux restrictions strictes de mobilité pour contenir la nouvelle vague épidémique (variant delta).

C’est la consommation qui a été le plus impactée, à l’image du ralentissement marqué des ventes au détail à 2,5 % GA (contre 8,5 % GA), reflétant les restrictions strictes de mobilité mises en place pour freiner la propagation de l’épidémie.

La production industrielle ralentit également à 5,3 % GA (contre 6,4 % GA), reflétant la modération de l’activité, mais également les restrictions sur la consommation d’énergie, notamment d’électricité. La production industrielle d’électricité a fortement ralenti à 0,2 % GA en août.

L’investissement ralentit également à 8,9 % GA (contre 10,3 % GA), lié à l’investissement immobilier à 10,9 % GA (contre 12,7 % GA ), reflétant le resserrement de la réglementation sur le secteur dans le cadre de la campagne de Xi Jinping sur la lutte contre les inégalités. Les prix immobiliers sont élevés et les ménages chinois, notamment les jeunes, ont du mal à accéder à la propriété. Les prix des logements neufs ont été multiplié par six en quinze ans !

L’activité devrait rebondir le mois prochain, car l’épidémie semble maîtrisée, mais l’interrogation porte sur la consommation (dont le proxy est les ventes au détail) qui a du mal à retrouver son niveau d’avant Covid-19.

Les autorités privilégient la stratégie de « tolérance zéro » face à l’épidémie, qui se traduit par la mise en place de restrictions strictes de mobilités et qui pénalisent les dépenses des ménages.

Les déboires  du promoteur immobilier chinois Evergrande, pourrait également peser sur le moral des ménages chinois. Cependant, il est probable que les autorités protègent les intérêts des ménages qui ont acheté un logement par le biais du promoteur dans le cadre de la campagne de la lutte contre les inégalités.

Au final, les autorités chinoises devraient renforcer leur soutien à l’économie. La politique monétaire devra trouver un juste équilibre entre cibler les secteurs de la nouvelle économie, tout en resserrant les autres secteurs.

  • Les déboires d’Evergrande ne provoquent pas pour l’instant d’importantes sorties de capitaux des marchés chinois

Le graphique ci-dessous montre les flux quotidiens sur les marchés actions chinois.

On remarque que les sorties de ces derniers jours sont de l’ordre de 400 millions $ et les déboires du promoteur immobilier chinois ne constituent pas jusqu’à présent un choc important. L’indice boursier de Shanghai a baissé de moins de 3 % la semaine dernière et reste proche des ses plus hauts de ces 6 dernières années.

L’impact d’Evergrande a été plutôt vu sur le rendement de l’indice Bloomberg USD crédit Chine «  Haut rendement » qui a atteint un plus haut depuis mars 2020 à 14,28 %. Evergrande représente 1,08 % de l’indice et fait partie des 3 plus grandes composantes.

Pour l’instant, les investisseurs semblent confiants dans la capacité du gouvernement chinois à organiser une restructuration de sa dette de 300 Mds $, ce qui réduirait le risque systémique.

Il sera intéressant de voir si les autorités chinoises ont appris de 2015, lorsqu’elles avaient tenté d’enrayer la chute des marchés actions.

Pour comprendre les déboires d’Evergrande, il faut avoir en tête que la Chine est entrée dans une nouvelle phase de développement. Il y a clairement, en Chine, une volonté de remettre en question le modèle capitaliste au style occidental, qui avait permis l’essor économique de la Chine.

C’est le retour de l’idéologie de Mao Zedong, qui voyait le capitalisme comme une phase transitoire vers la route du socialisme.

Toutes ces campagnes de réglementation des secteurs à « esprit capitaliste », tels que les secteurs de la technologie, le soutien scolaire et les jeux vidéos, s’inscrit dans cette volonté de changement vers une distribution plus égalitaire des revenus.

Les récentes mesures destinées à freiner la hausse des prix immobiliers ont détérioré la situation d’Evergrande, qui était très endetté. La Chine ne sauvera pas le promoteur immobilier comme elle avait sauvé plusieurs entreprises d’État par le passé, et va même resserrer davantage la réglementation sur les autres promoteurs privés.

C’est un grand tournant dans la phase de développement de la Chine qui aura des impacts économiques et financiers mondiaux importants.

  • Zouhoure Bousbih

    Zouhoure Bousbih

    Stratégiste pays émergents