Le magazine expert d’Ostrum AM

L’Asie qui était la première région où la  reprise économique s’est amorcée dès le troisième trimestre 2020 dans le sillage de la Chine, interroge aujourd’hui sur sa soutenabilité. La résurgence de l’épidémie détériore les perspectives de croissance pour le T3.

Les enquêtes Markit/PMI sur le secteur manufacturier et pour le mois de juin indiquent que la reprise marque un coup d’arrêt ( Inde et Vietnam) , parfois brutal (Malaisie), lié aux nouvelles restrictions pour freiner la propagation de la nouvelle épidémie. 

En Indonésie, l’activité ralentit également liée à la résurgence du nombre de contaminations et de décès qui ont détérioré le moral des entreprises. 

En Corée du Sud et à Taiwan, la reprise continue bénéficiant de la forte demande mondiale en semi-conducteurs , mais le rythme de progression est plus modéré. Le Japon enregistre la plus forte inflexion de son enquête de l’année. 

Selon Reuters, les entreprises nippones et coréennes font état d’ une baisse de la production d’automobiles liée à la pénurie de semi-conducteurs.

Nous l’avions déjà évoqué de massifs investissements ont été entrepris dans le domaine des semi-conducteurs, ce qui devrait réduire considérablement les distorsions dans le secteur mais cela prend du temps.

Les composantes prix continuent d’augmenter dans les enquêtes. Les entreprises répercutent la hausse des prix des entrants sur leurs prix de vente.

L’enquête pour l’ASEAN ( 49) enregistre sa plus forte contraction depuis juillet 2020, liée à la Malaisie.

En Chine , les enquêtes Caixin et officielle sur le secteur manufacturier indiquent une modération de l’activité en juin par rapport au mois de mai. 

Le repli de la composante « nouvelles commandes à l’export » dans les deux enquêtes , reflète la reprise épidémique chez ses voisins et partenaires commerciaux, et qui explique aussi la modération de l’activité chinoise en juin par rapport au mois de mai. Les composantes de la demande interne s’infléchissent également et le mouvement est plus marqué qu’en mai. 

Les banques centrales de la région devraient garder leur politique monétaire accommodante pour limiter l’impact de cette nouvelle vague épidémique sur l’activité. L’inflation reste, dans l’ensemble ( sauf Philippines parmi les pays représentés dans le graphe) au-dessous de la cible d’inflation . Les prix à la consommation pourraient augmenter en raison des distorsions sur les chaines d’approvisionnement engendrées par les mesures strictes de confinement. Cependant, la faiblesse de la demande domestique et la détérioration du marché du travail ne plaident pas non plus pour une accélération soutenable de l’inflation dans la région. 

  • Zouhoure Bousbih

    Zouhoure Bousbih

    Stratégiste pays émergents