Le magazine expert d’Ostrum AM

La stabilité de l’indice du climat des affaires au mois d’août en France doit être relativisée par la nouvelle dégradation du climat des affaires dans le secteur des biens d’équipement.

Cela est lié principalement à la baisse des commandes adressées aux chefs d’entreprises et plus spécifiquement des commandes étrangères. L’indice des commandes globales de biens d’équipement revient ainsi sur sa moyenne de longue période et présage d’une forte inflexion de l’investissement des entreprises au cours des prochains mois comme le suggère le graphique suivant.

Cela est corroboré par l’enquête sur l’investissement menée par l’INSEE et publiée également ce matin. Les chefs d’entreprise ont revu en nette baisse leurs perspectives d’investissement pour 2019. Ils prévoient désormais une progression de 6% (en valeur) par rapport à 2018 contre 11% prévu en avril dernier. L’ampleur de cette révision est plus forte que celle réalisée en moyenne à ce moment de l’année (- 5 points contre -2 points en moyenne en juillet pour l’année en cours selon l’INSEE) et pourrait être de nouveau revue à la baisse. Si les industriels se montrent assez optimistes pour le 1er semestre, ils sont plus nombreux à prévoir une baisse qu’une hausse de l’investissement au second semestre 2019. Le solde d’opinion devient ainsi légèrement négatif (courbe mauve sur le graphique) et passe sous sa moyenne de longue période.

Les chefs d’entreprises deviennent plus prudents face aux moindres commandes qui leur sont adressées, à la baisse des perspectives de croissance mondiale et à la hausse de l’incertitude liée notamment aux tensions commerciales et au risque d’une sortie brutale du Royaume-Uni de l’Union Européenne le 31 octobre prochain. Ils revoient ainsi en baisse leurs perspectives d’investissement ainsi que leurs embauches comme le révèle l’indice du climat de l’emploi publié ce matin par l’INSEE. Il a légèrement reculé en août pour atteindre son plus bas niveau depuis 3 ans ce qui présage d’une moindre progression de l’emploi au cours des prochains mois. Cela ne manquera pas de peser sur la dynamique de la demande interne.