Le magazine expert d’Ostrum AM

Afin de piloter sereinement sa stratégie d’externalisation, bénéficier d’une offre modulaire pour opérer une délégation progressive et maîtrisée, prend tout son sens.

S’adapter aux contraintes et aux choix des clients  

Faire le choix d’externaliser tout ou partie de sa chaîne opérationnelle est un choix stratégique très fort. Mais peu d’offres permettent aux gestionnaires et détenteurs d’actifs de le faire pas-à-pas et de manière différenciée suivant les activités ou opérations qu’ils souhaitent effectivement déléguer, ou au contraire conserver en interne.
La modularité prend ici tout son sens : certains acteurs de l’investissement souhaitent pouvoir garder la main sur certaines parties de leur chaîne de valeur, qu’ils considèrent comme faisant partie de leur histoire et de leur ADN. D’autres émettent le souhait de garder un certain nombre de leurs prestataires historiques dans leur chaîne opérationnelle (data providers, table de négociation…).

une plateforme de services doit offrir une réelle flexibilité pour un service « modulaire » et permettre ainsi d’adresser tous les besoins clients

qu’il s’agisse de choix stratégiques forts pour revoir en profondeur leur chaîne de valeur ou bien de simples ajustements opérationnels dans un cadre contraint (héritage d’un système d’information complexe par exemple). 
Plus concrètement, un client doit pouvoir choisir les prestations de services qu’il désire externaliser (gestion de la donnée, post trade et tenue de position, analyse et optimisation de portefeuilles, risque et conformité, négociation des ordres…), mais aussi bénéficier de flexibilité sur les modalités de mise en œuvre des prestations de services qu’ils sélectionnent. Cette souplesse leur permet ainsi de déléguer le service ou de maintenir le recours à leurs ressources internes ou même à l’un de leurs prestataires externes historiques.

Outsourcer progressivement, en toute sécurité

Le « tout-outsourcing » est source de bouleversements opérationnels majeurs : au-delà du risque projet, des freins internes peuvent émerger si les équipes clientes ne sont pas convaincues par le prestataire, ses outils ou son niveau d’expertise. Externaliser n’est pas seulement synonyme d’une bascule de systèmes : il faut aussi changer les manières de travailler. 

Déléguer certaines tâches de manière progressive, c’est aussi limiter le risque, en prenant le temps de tester son prestataire pour construire avec lui une relation durable.

Paradoxalement, avancer progressivement sur ces sujets permet souvent d’aller plus vite. Pour un fournisseur de services, pouvoir démontrer au client son savoir-faire sur des projets à plus court terme permet de déployer plus rapidement certaines fonctionnalités. Et pour notre client, monter en puissance progressivement peut dans certains cas faciliter la conduite du changement.  
Autre atout majeur : faire ici appel à un prestataire opérant lui-même dans les métiers de l’investissement. Pour externaliser ou déléguer tout ou partie de sa chaîne opérationnelle, parler un langage commun avec son prestataire est précieux car celui-ci sera pleinement conscient des enjeux du secteur et des problématiques organisationnelles propres à ses clients gestionnaires ou détenteurs d’actifs : inflation réglementaire, appétence accrue pour l’ESG… et de tous les nouveaux développements que cela suppose.

Dernier avantage de la modularité : externaliser progressivement permet de lisser les coûts dans le temps, et de se prémunir contre un gros choc projet. 

Bien positionner le curseur au cas par cas est essentiel 

Certains clients portent parfois l’héritage de systèmes d’information complexes et de strates successives d’outils historiques quasi-inextricables. Dans ce cas, le modulaire se heurte à l’imbrication étroite des systèmes : une bascule partielle ferait courir des risques opérationnels plus coûteux que de changer complètement de système. Ici, l’outsourcing « d’un bloc » semble donc préférable.
Autres obstacles possibles : les process internes et périmètres métier. Si les postes des collaborateurs sont peu documentés ou dédiés à plusieurs missions, comme c’est parfois le cas dans les petites structures, remplacer « poste pour poste » en externalisant les tâches à des équipes d’opérateurs externes « miroir » peut s’avérer délicat. Mais avec un accompagnement adapté, ces processus peuvent être rapidement rationalisés pour un outsourcing optimisé.
 

Chez Ostrum Services, nous avons développé, depuis plus de 10 ans, une plateforme de services propriétaire en architecture ouverte. Celle-ci était jusqu’ici exclusivement réservée à nos clients internes, mais aujourd’hui nous la mettons à disposition des détenteurs d’actifs et des sociétés de gestion. Quelle que soit la configuration de nos clients, la très forte modularité de notre plateforme nous permet de les guider pour optimiser le périmètre des activités qui nous seraient déléguées ou non, et de déterminer, avec eux, le rythme le plus approprié pour la mise en place de cette délégation. 
Notre objectif ultime ? Permettre à nos clients d’augmenter leur performance opérationnelle et la qualité de leur gestion financière, en consacrant leurs ressources expertes à leur métier « cœur » pour servir pleinement leur propre promesse client.

  • Guillaume ABEL

    Guillaume ABEL

    Directeur du développement

A lire

Nous suivre