Le magazine expert d’Ostrum AM

Les chiffres du commerce extérieur chinois pour le mois de mars pourraient indiquer un changement important dans la structure de la reprise chinoise. Celle-ci était basée sur la production, ce qui s’était traduit par une forte dynamique de ses exportations. Cela est probablement en train de changer, à l’aune des chiffres du commerce extérieur chinois pour le mois de mars. La reprise chinoise  deviendrait ainsi plus équilibrée, dirigée vers une demande domestique plus autonome.

Les chiffres pour les exports et les imports sont encore assujettis aux faibles effets de base de l’an dernier, ainsi qu’à la hausse des prix des matières premières.

Si on compare les chiffres de mars 2021 par rapport à la moyenne du quatrième trimestre 2020, cela donne : - 8 % pour les exports, et + 19 % pour les importations.
Variations premier trimestre 2021 contre quatrième trimestre 2020 : exports - 10 % et imports + 3 %.

La dynamique des exports faiblit, reflétant l’ouverture progressive des économies à l’image de la baisse des exports des produits pour « travailler et étudier chez soi », ainsi que le matériel médical.  
Variations mars 2021 contre moyenne quatrième trimestre 2020 : équipements luminaires : - 41,6 % , Matériel médical - 4,5 %, appareils de haute et nouvelle technologie - 7 %.

C’était le segment des exportations qui avaient contribué le plus à la dynamique des exports de la seconde partie de l’année 2020. Sa contribution devrait diminuer, car cela reflète une nouvelle phase de la pandémie.

Lorsque l’on regarde le montant total des échanges par régions au premier trimestre 2021, c’est toujours l’ASEAN, devenu principal partenaire commercial de la Chine en 2020, qui domine avec des échanges à 191 Mds $ au premier trimestre et en hausse en mars de 4 % par rapport à la moyenne du quatrième trimestre 2020.
A contrario,  les échanges avec les États-Unis (165 Mds $) sont en baisse à près de - 10 % et quasi-inchangés avec l’Union européenne (183 Mds $) à près de 1 %. Est-ce que le massif plan de relance américain va changer cette configuration ? Théoriquement oui...


Côté importations en volume, on a le tableau suivant avec une forte hausse des importations de pétrole, de cuivre, ainsi que de circuits intégrés. C’est un bon signal pour la dynamique interne de l’activité. La reprise chinoise glisse doucement vers une demande domestique qui devient plus autonome. Cette bascule est favorisée par la maîtrise de l’épidémie.

À suivre…

  • Zouhoure Bousbih

    Zouhoure Bousbih

    Stratégiste pays émergents