Contact | Lexique | Sites Natixis | Recrutement | Espace Clients

Tensions sur la dette émergente

20.09.2018

Retrouvez l’analyse de Brigitte Le Bris, Clothilde Malaussène et Sébastien Thénard, gérants dette émergente chez Ostrum Asset Management

 

L’accalmie observée sur la dette émergente le mois précédent aura été de courte durée avec une nouvelle vague de tensions sur les primes de risques. Celles-ci ont atteint 370 pb, soit un élargissement de 43 pb sur le mois et de 85 pb sur l’année. Les raisons sont multiples avec en premier lieu des inquiétudes spécifiques sur la Turquie et l’Argentine. L’absence de réponses économiques claires sur la stratégie du gouvernement pour lutter contre l’accélération de l’inflation et le peu d’indépendance de la banque centrale ont provoqué et entretenu la chute de la devise turque qui est entrée dans un cercle vicieux. Parallèlement en Argentine et bien que le FMI soit déjà auprès du gouvernement avec un plan de financement de $ 50 Mds sur 3 ans, le peu de confiance des argentins dans l’institution les a poussés à vendre du Peso contre du dollar provoquant là aussi une chute de la devise. Enfin et plus globalement, l’escalade des tensions commerciales entre la Maison Blanche et le reste du monde et plus particulièrement la Chine ont fait craindre une dégradation du commerce mondial et une montée plus prononcée de l’inflation aux USA sous les effets des barrières douanières.
Le choc a donc été violent sur les marchés des changes développés et émergents avec une dépréciation moyenne des devises émergentes de 5.0% en août, conduisant l’indice JP MORGAN GBI EM (en USD non couvert) de la dette locale émergente à chuter de 6.09% ce mois-ci, soit une performance de -10.47% depuis le début de l’année. L’indice JP Morgan de la dette internationale a été sensiblement plus résilient mais a tout de même reculé de 1.73%.

Quelles sont les perspectives ?

Le marché dans le mois à venir s’articulera autour des risques spécifiques mentionnés (Argentine, Turquie) ce qui nous incite toujours à la prudence. De la même façon, les élections brésiliennes susciteront beaucoup d’intérêt compte tenu du nombre de scénarii possible. Parallèlement au niveau global, les tensions commerciales devraient persister mais l’approche des élections de mi-mandat aux USA sera, avec la réunion de la Fed un des points majeurs de l’automne. Si la conjoncture américaine reste robuste, les hausses sensibles des déficits budgétaires, malgré la croissance économique élevée, et du déficit de la balance commerciale pourraient commencer à infléchir la force du dollar US. Des taux longs américains relativement stables et moins de pressions sur les devises émergentes auraient un impact positif assez sensible sur la dette internationale souveraine (en USD). Des primes de risques à 370 pb et un rendement moyen de 6.6% intègrent déjà beaucoup d’incertitudes tant spécifiques que globales.
 

Le 3 avril 2018, Natixis Asset Management est devenue Ostrum Asset Management.