Contact | Lexique | Sites Natixis | Recrutement | Espace Clients

Conséquence du non-remboursement anticipé par Santander de son obligation CoCo

25.02.2019

NON REMBOURSEMENT ANTICIPÉ PAR SANTANDER DE SON OBLIGATION COCO – QUELLES CONSEQUENCES ?

Le principal événement attendu de ce début d’année dans le marché de la dette subordonnée bancaire était l’exercice de l’option de remboursement anticipé au 19 mars 2019 de la Banque Espagnole Santander sur son obligation “Additional Tier 1” 6.25% (i.e. Obligation CoCo) de 1.5 €Mds de notionnel.

Cette émission, qui fût la première de la nouvelle génération d’obligations CoCo émises en 2014, présentait un risque non négligeable d’extension, constituant un premier test pour le marché des AT1s / CoCos qui n’avait jusqu’à présent pas démontré de grande sensibilité à ce risque générique (Les premières dates de call n’arrivant que cette année pour les premières soches Coco historiquement émises à sa naissance)

Depuis plusieurs semaines la valorisation de l’obligation, Santander 6.25% reflètait une forte probabilité d’extension (non call). En émettant une nouvelle (et coûteuse) obligation CoCo libellée en USD quelques jours avant la date de call des obligations 6.25% €, Banco Santander a envoyé, un message ambigu au marché. Ainsi, le consensus de marché s’est complètement modifié pour refléter le fait que Santander comptait utiliser cette nouvelle émission afin de refinancer et rappeler son obligation 6.25% € en date de call mars 2019.

Le prix de l’obligation 6.25% € s’est fortement apprécié passant de 95% à un niveau proche du pair.

 

En savoir plus 

Le 3 avril 2018, Natixis Asset Management est devenue Ostrum Asset Management.